Paris ● À l’heure chinoise (2/2)

Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr

Pendant que Paris fête le Nouvel An chinois, nous nous sommes attardés sur les quartiers, les bonnes adresses (et quelques bons plans) que nous offre la capitale que ce soit en terme d’architecture, de gastronomie ou du bien-être à la chinoise. Un voyage dépaysant à travers la Chine à quelques pas de chez vous et sans le souci du jetlag ! Pas besoin de boucler vos ceintures, suivez-nous à travers ce carnet de visites aux couleurs chatoyantes et aux odeurs enivrantes !

一路平安 (Bon voyage !)

Le quartier des Olympiades (13e arrondissement)

Dans les années 70, les populations asiatiques fuient leurs pays dévastés par les différentes guerres politiques (Viêt Nam, Laos et Cambodge). En parallèle de ces événements, Paris, bénéficiant du faste des 30 Glorieuses, construit des tours avant-gardistes pour les jeunes cadres parisiens dans une ancienne zone industrielle à la limite du périphérique parisien (opération d’urbanisme Italie 13). La crise des chocs pétroliers surgissant et face à la réticence des parisiens pour ce quartier, les immeubles ne rencontrent pas le succès escompté et restent vides. Les premières communautés chinoises en fuite s’y sont alors installées.

Aujourd’hui, le quartier des Olympiades, situé dans un triangle entre les avenues de Choisy et d’Ivry et la rue de Tolbiac, forme le plus vaste Chinatown d’Europe. Les commerces et restaurants chinois pullulent ; les couleurs et les odeurs exotiques donnent une ambiance particulière au lieu où nous avons l’impression d’être à mille lieux de Paris ! Même le McDonald’s prend des airs de Chine avec un toit en forme de pagode et des idéogrammes phonétiques sur la façade !

Olympiades - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.frOlympiades - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.frOlympiades - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.frOlympiades - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr

En Chine, différentes religions coexistent pacifiquement : bouddhisme, taoïsme, christianisme, musulmanisme, etc. Cette cohabitation se retrouve dans le 13e arrondissement de Paris avec la présence d’églises et de temples. Nous sommes ainsi entrés dans le temple bouddhiste de l’amicale des Teochew (sur l’esplanade des Olympiades au 44 avenue d’Ivry) divisé en deux pièces. La première salle sert de lieu de vie communautaire (pour discuter, lire le journal, boire du thé, etc.) et la seconde est la salle de prière couverte de tapis (il faut nécessairement retirer ces chaussures pour accéder à ce lieu de culte). Pour les offrandes aux Bouddhas, les croyants disposent de l’encens, des fleurs, des fruits, un bol d’eau limpide et, à quelques occasions, du riz cuit sur l’autel.

Un second temple bouddhiste, géré par l’Association des résidents en France d’origine indochinoise, est situé au 37 rue du Disque.

Olympiades - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.frOlympiades - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr Olympiades - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr

Le quartier de Belleville (20e arrondissement)

Dans l’entre-deux guerres, les premiers immigrants (dont la plupart sont d’origine juive), en provenance d’Arménie, de Grèce et de Pologne, s’installent dans le quartier de Belleville. L’implantation de multiples commerces juifs confère à Belleville son identité. Après la Seconde guerre mondiale, dans un quartier frappé de plein fouet par les rafles et les déportations, une seconde vague de migrants algériens et tunisiens s’y établit. À la fin des années 70, pour des raisons similaires au 13e arrondissement, la communauté asiatique rejoint Belleville.

Aujourd’hui, Belleville est un quartier multiculturel et multiethnique de la capitale. Les populations chinoises sont concentrées principalement autour du boulevard et de la rue de Belleville où s’est construit le premier restaurant chinois en 1978. Les implantations de commerces et d’établissements chinois se sont alors multipliés, bénéficiant d’espaces inoccupés depuis plusieurs années (résultat là encore d’un échec de l’urbanisation du quartier). Plusieurs grands groupes d’entrepreneurs chinois s’y concentrent (notamment le groupe Paris-Store, principal importateur de produits asiatiques en Europe).

Belleville - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr

La Maison Loo (8e arrondissement)

Loin des quartiers sinophiles de la Capitale, en nous promenant dans le 8e arrondissement, nous nous retrouvons nez à nez avec une pagode chinoise située entre deux bâtiments haussmanniens ! Cette curiosité architecturale se dresse à l’angle des rues de Courcelles et Rembrandt (au 48, rue de Courcelles). En 1925, Ching Tsai Loo, marchand et collectionneur d’art asiatique, acquiert cet hôtel particulier et décide, avec l’aide de l’architecte Fernand Bloch, de le transformer en pagode. À l’intérieur, les aménagements restituent parfaitement l’atmosphère orientale voulue par son concepteur.

Aujourd’hui, la pagode de M. Loo abrite une galerie d’exposition et de vente d’œuvres asiatiques, Pagoda Paris. L’espace peut également être loué pour des réceptions privés.

Pagote Loo - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr Pagote Loo - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr Pagote Loo - Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr

La gastronomie chinoise à Paris

Nous passons maintenant derrière les fourneaux pour découvrir la Chine dans nos assiettes parisiennes. La cuisine chinoise se décline de multiples façons, et en tout autant de spécialités, en fonction de sa région source. En Chine, les cuisines les plus répandues proviennent de huit grandes régions, souvent regroupées en quatre familles : celles du nord-est (Shandong), du sud-est (Jiangsu, Anhui et Zhejiang), du sud (Fujian et Guangdong) et du sud-ouest (Hunan et Sichuan). Parmi les spécialités de la gastronomie chinoise, on trouve des plats tels que le canard laqué, les raviolis chinois (Jiaozi), les bouchées à la vapeur (dim-sum), la fondue sichuanaise, les rouleaux de printemps ou les beignets de farine (You Tiao).

Lors de notre virée dans le 13e arrondissement, nous avons goûté à quelques unes de ces spécialités. Nous avons déjeuné un midi au restaurant « Siam@Siam » (44, avenue d’Ivry, au fond de la galerie du centre commercial Oslo) avec un canard laqué à l’orange et un bœuf Loc-lac (viande mariné, riz sauté à la tomate et aux oignons et œuf sur le plat). La décoration du lieu reste simple (très peu de dorures et d’éléments « kitchs » comme on peut s’y attendre dans un tel restaurant). Le serveur nous a bien renseigné sur les appellations que nous ne connaissions pas. Les assiettes sont bien garnies. Juste un petit bémol sur le service en deux temps (nous n’avons pas été servi en même temps !) mais le rapport qualité/prix est correct pour cet établissement (plat entre 9 et 12 €). Pour le dessert, nous nous sommes rendus un peu plus loin dans la galerie pour prendre un bubble tea (thé aux perles). D’origine taïwanaise, c’est un mélange de thé (vert ou noir), de lait, parfumé de diverses saveurs, et de boules noires de tapioca (d’où le nom de la boisson). Les billes ne donnent pas de saveurs particulières mais se « mâchouillent » et donnent un peu de consistance au liquide.

Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.frParis à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.frParis à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr

Le second jour, nous nous sommes rendus à « Comme au Vietnam », un restaurant familial dont deux adresses figurent dans le 13e arrondissement : l’un est tenu par la mère (134, rue de Tolbiac) et l’autre par son gendre (195, avenue de Choisy). De l’extérieur, ce premier restaurant n’est pas très attractif mais la salle bien remplie nous encourage à pousser la porte. Sans regrets car la cuisine est excellente (les quantités un peu faible selon les plats choisis), ce qui nous fait oublier le manque de sourire de la serveuse et le service en deux temps là encore ! Nous avons ainsi apprécié les rouleaux de printemps, le « trois couleurs » (lait de coco, châtaigne d’eau et haricots rouges) et le riz au lait aux haricots blancs pour le dessert.

Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.frParis à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr

Pour conclure ce chapitre de la gastronomie chinoise, voici quelques adresses (non testées mais recommandées lors de notre visite guidée du 13e arrondissement) à découvrir : « Délice de Shandong » (88, boulevard de l’Hôpital), « Chez Hu » (129 bis, avenue de Choisy),  « Au village de Choisy » (106, avenue de Choisy), « Chez Yong » (72, rue Colonies) ou encore « Trésors d’Asie » (190, avenue d’Ivry).

津津有味 (Bon appétit !)

Le bien-être chinois à Paris

Après ces visites et ces pauses culinaires, nous avions besoin d’un véritable moment de détente. La médecine chinoise est reconnue pour ses vertus thérapeutiques par une gestion de l’équilibre de l’énergie interne appelée Qi. Par ailleurs, pour les adeptes de médecines douces, l’herboristerie chinoise « À la Calebasse verte » (située au 15, rue de la Vistule dans le 13e arrondissement) propose près de 500 plantes médicinales contre tous les remèdes !

Paris à l'heure chinoise ©Etpourtantelletourne.fr
© photo PeauzDétente Paris

  • Le Qi Jong

Le Qi Gong est une gymnastique chinoise de santé et de longévité avec des mouvements très lents, exécutés sans force musculaire. Le Qi Gong assouplit le corps et l’esprit, renforce les articulations, accroît la résistance à l’effort, réveille les défenses immunitaires, ralentit le vieillissement du corps et de l’esprit, calme le système nerveux, apaise le stress et, entre autres, procure une grande paix intérieure.

Au parc de La Villette (19e arrondissement), des cours en plein air sont donnés gratuitement par l’association Dayun, tous les mercredis et samedis à 10 heures.

Nous n’avons pas encore eu l’occasion de nous rendre à ce cours mais nous irons tester le Qi Gong dès le retour des beaux jours et nous viendrons vous faire un petit compte-rendu ici :)

  • Le Wutao

Le Wutao est une discipline née du métissage de différentes techniques : Qi Gong, Tai Chi, yoga, etc. En chinois, Wutao s’écrit avec deux idéogrammes : Wu signifiant « danse » ou « éveil » et Tao pour « Voie, chemin ».

Depuis le début de l’année, le centre Tao Paris dispense gratuitement, en partenariat avec le Cent Quatre (19e arrondissement), des cours de Wutao d’une heure, le samedi et le dimanche de 11 h 00 à 12 h 00 et de 12 h 15 à 13 h 15. Vous trouverez tous les renseignements nécessaires sur leur site Internet : www.centre-tao-paris.com. Là encore, nous n’avons pas eu l’opportunité de nous y rendre mais nous pensions qu’il s’agissait d’un bon plan à vous partager !

  • Le shiatsu

Le shiatsu est une ancienne pratique de soins, issue de la médecine chinoise et de l’acupuncture, pour détendre ou tonifier le corps afin de conserver une bonne santé en exerçant simplement des pressions et des manipulations sur des points stratégiques du corps. Shiatsu est un mot d’origine japonaise qui vient de shi « doigt » et de atsu qui veut dire « pression ».

Une séance de massage shiatsu permet de stimuler l’énergie, le Qi. Au terme d’une séance, la fatigue, le stress, le surmenage sont en recul. Nous avions pris initialement rendez-vous dans ce centre cette semaine pour vous faire un compte-rendu de cette technique de bien-être mais celui a été repoussé… Nous reviendrons donc très bientôt ici vous donner nos impressions !

Édit du 15/02/2014 : Comme promis, nous revenons vous livrer un aperçu de cette séance de shiatsu effectuée dans la semaine. Le centre Peauzdétente située dans le 11e arrondissement (8, rue de la Forge Royale) vient de ré-ouvrir après quelques semaines de travaux. En y entrant, on découvre un petit salon très girly, dans de jolis tons pastels, et où les bonbonnières remplies généreusement nous font de l’œil ! L’espace de 135 m² (ouvert du lundi au dimanche) propose un large éventail d’activités dédiées à la détente et aux médecines douces. Pour cette séance de shiatsu, nous partons dans une petite salle attenante à l’accueil. Allongés sur des couvertures à même le sol, la praticienne pose quelques questions sur nos antécédents médicaux, nos habitudes d’hygiène de vie, etc. tout en exerçant des pressions sur des points précis d’acupuncture pour canaliser l’énergie du corps. Ce message est pratiqué sans huile, par dessus les vêtements. Pour être honnête, ce n’est pas toujours agréable, la praticienne se doit de débloquer et d’appuyer là où les douleurs remontent depuis plusieurs années… mais, au final, on sait que c’est pour notre bien et que le massage détend et dénoue les blocages musculaires. La tête un peu tournante, on rejoint ensuite le petit salon de thé où une petite collation permet de reprendre des forces avant d’affronter le vent froid qui erre dans les rues parisiennes. En bref, un moment agréable qui permet de découvrir les médecines douces et soulager le corps et l’esprit !

Etpourtantelletourne.fr_PeauzDetente

Notre tour à travers la Chine (à Paris !) s’achève ici. Bien entendu, les adresses et les établissements cités dans cet article ne sont pas exhaustifs. Nous avons essayé de retranscrire au plus juste l’histoire des quartiers chinois et les bons plans que nous avons recensés dans la capitale. Comme à l’habitude, n’hésitez pas à nous partager votre sélection d’adresses dans les commentaires !

Et, pour approfondir vos connaissances sur l’art asiatique, nous vous donnons rendez-vous au musée Guimet (6, place d’Iéna dans le 16e arrondissement). La section chinoise compte environ 20 000 objets couvrant sept millénaires d’art chinois, depuis ses origines jusqu’au 18e siècle.

美好的一天 (Bonne journée !)

Une question, un commentaire ou un bon plan à partager : laissez-nous votre message dans l’espace attribué ci-dessous :)

3 commentaires sur “Paris ● À l’heure chinoise (2/2)

  1. Mon adresse gastronomie chinoise favorite reste et restera Le Tricotin, Porte de Choisy !! Rien que d’y penser, j’ai l’eau à la bouche ;-)

    • Bonjour Corinne. Merci d’avoir partagé cette bonne adresse avec nous :-)
      Nous ne connaissons pas mais nous ne manquerons pas de nous y arrêter lors d’une prochaine virée dans le 13e arrondissement.
      Bon week-end à vous !

  2. Merci de partager vos expériences, J’aime trop découvrir et voir les différences de du paysage. J’aime beaucoup les toits chinois.

    Yvon Lebras |

Répondre à Yvon x

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.