Road trip en Islande #2 ● De Reykjavik à Vík

Nous arrivons à Reykjavik en fin de journée. Il fait nuit et il pleut lorsque nous rejoignons notre hôtel. Le lendemain matin, c’est sous une fine couche de neige que nous nous réveillons. Hiii ! Nous sommes comme des enfants : il neige ! Notre enthousiasme retombe légèrement quand nous arrivons devant la voiture… La pluie de la veille a gelé sur notre voiture recouverte de neige. Nous n’arrivons plus à ouvrir les portières ! En dégageant la neige avec nos mains, nous arrivons à casser la glace au niveau des jointures… et c’est alors parti pour une session déneigeage et dégivrage de la voiture (si vous avez Instagram sur votre téléphone, rendez-vous sur le profil de Victor vous aurez un petit aperçu en images dans ses stories enregistrées).

Nous partons maintenant enfin pour notre road trip sur les routes du sud de l’Islande ! Les rues de Reykjavik sont bien dégagées. En arrivant sur la route 1, nous en prenons plein les yeux. Les paysages enneigés et une lumière fabuleuse nous accueillent… Nous sommes au milieu d’un décor de neige et de glace d’un blanc immaculé. C’est magnifique !

La prudence reste de mise sur ces routes à peine déneigées en cette matinée. Mais, comme évoqué dans notre article de présentation, les véhicules sont tous équipés de pneus neige et notre route se fait sans difficulté particulière.

Après une heure de route, nous faisons un premier arrêt à Selfoss pour faire quelques courses au supermarché. Il s’agit de la dernière « grande ville » (7 000 habitants) que nous allons croiser avant un bon moment. Nous remplissons ainsi notre caddie de roulés à la cannelle : nous avons ainsi, à portée de main, des forces pour affronter la neige et le froid !

Les lieux évoqués ci-après se situent tous le long de la route 1. Nous en avons fait certains à l’aller et d’autres au retour, quelques jours plus tard (car, à moins de faire le tour complet de l’île, vous repasserez forcément par ici pour revenir à Reykjavik). Pour info, pour vous donner une indication sur le temps de route global, entre Reykjavik et Vík, comptez 3 heures (180 km) (sans aucun arrêt donc !).

La cascade Seljalandsfoss

Premier arrêt à Seljalandsfoss, une chute d’eau de 65 mètres de hauteur ! Plutôt impressionnante à regarder ! Ce n’était pas possible par ces conditions climatiques mais elle doit l’être encore plus lorsque le chemin qui passe derrière est ouvert puisque vous vous retrouvez alors derrière une chute d’eau vertigineuse !

Son accès est très facile et elle est située juste à proximité de la route (la deuxième photo est prise du parking, sans zoom !).

La piscine cachée Seljavallalaug

C’est un coin un peu plus secret que nous allons vous dévoiler ici. Pour y accéder, tournez à gauche sur la route 242, en direction de Raufarfell, puis vous devrez emprunter un chemin gravillonné afin de vous garer au bout de la route. Suivez ensuite le chemin à pied sur environ 1 km (heureusement, la neige laisse des traces et nous avons pu suivre facilement les pas qui nous indiquaient le chemin… sinon ce sera peut-être un peu moins évident). Nous traversons ensuite deux rivières glacées (nous y allons avec beaucoup de précaution… surtout avec la grossesse de Gwénaëlle et une chute qui serait bien malvenue !). Au printemps ou en été, il vous faudra sûrement passer dans l’eau…

Ce chemin mène à une piscine construite sur le flanc du volcan Eyjafjallajökull (oui, oui, celui-là même qui avait paralysé le trafic aérien en 2010). L’eau y est à plus de 30°C, dans un décor magnifique ! Il y a même de petits vestiaires qui permettent de se changer ! Nous sommes seuls dans ce décor de rêve. Mais pas assez courageux pour nous mettre à l’eau (bien que nous avions pris nos maillots de bain avec nous, au cas où !). Le thermomètre indique alors -8°C pour la température extérieure !

La cascade Skógafoss

Nous continuons ensuite la route vers Skógafoss, l’une des cascades les plus connues du pays. Du haut des falaises, la rivière se jette 62 mètres plus bas sur une largeur de 25 mètres environ. Le paysage change très vite. Nous nous sommes arrêtés à l’aller puis au retour (2 jours après) et le site s’était transformé sous la neige et la glace. Un arrêt à ne pas manquer sur votre chemin !

Là encore, l’accessibilité de ce point de vue se fait très facilement. Le parking est situé juste à quelques mètres en amont, le long de la route 1. Si besoin, vous trouverez également ici toutes les commodités (point de restauration, toilettes publiques, etc.).

Le glacier Sólheimajökull

Après les cascades, ce sont maintenant les glaciers qui vont rythmer les arrêts de notre road trip sur la route 1 (à voir surtout dans notre prochain article à venir, sur la route entre Vík et Jökulsárlón).

Ce glacier est moins connu que ceux vus par la suite. Accessible facilement, il est notamment prisé par les randonneurs qui souhaitent marcher sur la glace (attention, ne pas partir pour cette activité par vous-même : des guides spécialisés vous accompagnent pour ces randonnées spécifiques !). Nous n’avons pas continué le chemin (plutôt glissant !) mais il est possible d’aller facilement à la rencontre du glacier (comme évoqué dans notre premier article sur nos recommandations pour un voyage en hiver en Islande, n’oubliez pas vos crampons sous vos chaussures pour vous rendre ici !).

L’avion abandonné sur une plage d’Islande

Cet avion, il nous a fait rêver quand nous avons préparé notre voyage en Islande par la beauté et l’aspect mystérieux du lieu. Ça a quelque chose d’assez fascinant de s’imaginer une carcasse d’avion, sur une plage de sable noir immense et déserte… On voulait le voir de nos propres yeux !

Pour la petite histoire, le 24 novembre 1973, cet avion DC-3 de l’armée américaine se trouve en difficulté (le froid gèle les moteurs) et manque très vite de carburant. Le pilote se pose alors en urgence sur cette plage entre Vík et Skógar. L’équipage entier est sain et sauf et est secouru par hélicoptère. Mais l’avion reste là. Il se détériore petit à petit, soumis aux dures conditions climatiques islandaises. La carcasse est aujourd’hui criblée de trous et il manque les ailes, la queue et le nez de l’appareil.

Comment y accéder ? Encore très peu connu il y a quelques temps, il était plus difficile de trouver le chemin menant à cet avion. Mais un certain Justin Bieber y a tourné une scène pour le clip de sa chanson « I’ll Show You » en 2015 (tout le clip est d’ailleurs une jolie promotion pour l’Islande, malgré les nombreuses interdictions que le chanteur transgresse !). Depuis peu, les autorités ont donc balisé un peu plus le lieu et un grand parking vous accueille à l’entrée avant de pouvoir continuer le chemin à pied. En voiture, après avoir dépassé Skógar, en direction de Vík, repérez lorsque vous passerez sur un pont à voie unique, le parking se trouve alors à quelques mètres sur votre droite (deux grands bouts de bois matérialisent ensuite l’entrée du chemin). Sur votre GPS, vous pouvez aussi noter « Solheimasandar Parking ». Il faudra ensuite continuer à pied, sur près de 4 kilomètres (le terrain est plat, sans aucune difficulté particulière) pour arriver – enfin – à la carcasse de cet avion.

Enceinte de 6 mois, c’est un chemin que n’a pas souhaité prendre Gwénaëlle. Victor est donc en réalité parti seul pour photographier cette mystérieuse épave d’avion. Nous allons laisser les images parler d’elles-mêmes : c’est beau ! Ce jour-là, une équipe était également présente sur les lieux pour une séance photo de jeunes mariés. Ce qui nous a donné de jolis clichés pour nous aussi !

Les falaises Dyrhólaey

À l’approche de Vík, nous marquons une pause sur la péninsule de Dyrhólaey. Le vent souffle à une vitesse incroyable. Lorsqu’une rafale arrive, nous devons nous arrêter, en nous mettant dos au souffle. Celui-ci nous fait vaciller plus d’une fois. En contrebas, les vagues s’écrasent avec force contre les rochers. Ce sont des jolies scènes de tempête auxquelles nous assistons, sans oser nous approcher sur le bord. En continuant le chemin, on peut voir une arche volcanique… mais nous ne nous aventurons pas plus. Le froid s’immisce à travers nos vêtements et nos joues deviennent rouges… Raisonnablement, nous retournons à la voiture pour nous abriter.

En mai et juin, le lieu devient le paradis des oiseaux (c’est d’ailleurs une réserve naturelle protégée et donc non accessible à cette période-là de l’année). C’est là que vous pourrez apercevoir les macareux, l’oiseau emblème de l’Islande.

La plage de Reynisfjara

Lorsque nous arrivons ici, la neige a recouvert le sable noir de cette plage emblématique d’Islande. Les vagues sont toujours impressionnantes et s’échouent sur la plage dans un bruit sourd. L’écume des vagues se confond alors sur la couche de neige. Mais quand la mer se retire, le contraste est saisissant. Nous restons de longues minutes à admirer ce spectacle, sans voix. Nous faisons quelques pas sur la neige et ceux-ci laissent des traces noires. Nous avons l’impression irréelle d’être sur une autre planète. (L’image que nous avions à ce moment-là en tête est celle de la planète de sel Crait qu’on peut voir dans l’épisode 8 de Star Wars, où les pas sur la fine couche de sel laissent apparaître le minerais rouge en dessous…)

Dans la roche, on peut voir ici comme des marches sculptées (un petit équivalent de la fameuse Chaussée des Géants en Irlande). Des grottes attenantes accueillent également de nombreux stalactites. C’est superbe à voir !

Vík

Enfin, nous arrivons à Vík, première ville étape de notre road trip (comme nous l’avons indiqué, nous avons fait ces arrêts sur deux jours, à l’aller et au retour). Vík est une petite ville de 300 habitants, c’est la ville située la plus au sud de l’île. Cette nuit-là, il neige à gros flocons. La ville semble encore endormie sous une épaisse couche de neige quand nous quittons notre hébergement (alors qu’il est presque 11 heures !). Nous grimpons jusqu’à l’église au toit rouge qui domine le village. Le soleil se lève encore et illumine le tout d’une lumière rose. Un joli tableau !

Prochaine étape de notre road trip : nous maintenons le cap à l’est et nous continuons le long de la route 1 pour nous rendre à la lagune glacière de Jökulsárlón ! Rendez-vous très bientôt pour la suite, on vous promet encore de jolis paysages (si ceux évoqués ici ne vous ont déjà pas convaincus de prendre immédiatement un vol pour l’Islande !). 😍

Nos bons plans sur la route entre Reykjavik et Vík

Comment y aller ?

La route 1 est la route côtière qui fait le tour complet de l’Islande. Nous l’avons empruntée ici de Reykjavik, la capitale du pays, à Vík où nous avons fait un arrêt pour la nuit (nous avons vu tous ces lieux sur plusieurs jours, en nous arrêtant à l’aller et au retour !). Pour ce road trip, nous avons loué un 4×4 auprès du loueur local Lagoon Car Rental. On vous explique tous les détails de cette location et les règles de circulation en Islande sur cet article dédié.

Où y dormir ?

À Vík, nous avions réservé un hébergement sur Booking du nom de Kósý Vík. Nous pensions à un petit hôtel mais nous étions en fait chez l’institutrice du village (seulement 5 élèves !) qui propose 2 chambres à la location au sous-sol de chez elle (ce sont 2 lits simples dans les 2 chambres, avec possibilité de les « coller » pour dormir ensemble). L’accueil y est très chaleureux et la propriétaire nous a donné un tas de conseils et de recommandations sur les choses à voir et à faire aux alentours. Le petit-déjeuner est laissé à notre attention dans l’entrée, devant la chambre, pour qu’on puisse le prendre à l’heure que l’on souhaite le matin. Le seul petit inconvénient est qu’il a fallu régler en espèces et nous avons dû aller exprès au distributeur (ce qui nous engendre des frais bancaires contrairement aux paiements directs en carte bancaire que l’on fait habituellement à l’étranger grâce à notre compte chez N26). Pour la nuit, comptez 150 euros, petit-déjeuner compris.

Où y manger ?

Sur les conseils de notre hôte, nous nous sommes rendus pour le dîner à Halldórskaffi (28 Víkurbraut) (attention, de nombreux restaurants sont fermés pendant l’hiver ici). Les plats sont entre 12 et 30 €. Petite mention pour le dessert avec une tarte aux pommes et au caramel ! C’était très bon ! Pour les déjeuners, nous avions opté pour le côté pratique (et économique !) des sandwichs (en pique-niquant dans la voiture pour rester au chaud !).

Comment s’y déplacer ?

Et bien, c’est simple, suivez la route 1 tout le long ! L’ensemble des lieux cités se trouvent vraiment à quelques mètres de la route principale (nous vous avons indiqué sinon comment vous y rendre facilement directement au sein de l’article). Encore une fois, pour vous repérer, nous vous conseillons l’application Maps.me (un GPS utilisable sans réseau) que nous utilisons sans modération lors de nos déplacements à l’étranger. Les sites disposent également de parkings (avec souvent des lieux de restauration et des toilettes publiques).

Une question, un commentaire ou un bon plan à partager : laissez-nous votre message dans l’espace attribué ci-dessous :)

● ● ●
Les étapes de notre séjour en Islande

Road trip en Islande #1 ● Itinéraire, conseils et bons plans pour préparer son séjour
Road trip en Islande #2 ● De Reykjavik à Vík (c’est celui-ci !)
Road trip en Islande #3 ● De Vík à Jökulsárlón
Road trip en Islande #4 ● Le Cercle d’or et Reykjavik

3 commentaires sur “Road trip en Islande #2 ● De Reykjavik à Vík

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *